Dispositif « Saint-Mandéens vigilants et solidaires » : nos élus réagissent

Surveillance de la population : mécontent du comportement de ses administrés, Patrick BEAUDOUIN a décidé de les rééduquer.

Le mercredi 19 octobre il a présenté sa charte « Saint-Mandéens vigilants et solidaires » qui vise, grâce au recrutement de volontaires, à participer à la prévention des actes de délinquance et des actes d’incivilité et à développer la solidarité de proximité.

Leur candidature sera entérinée par un comité composé du maire et de ses proches. Ils seront responsables d’un secteur géographique et n’interviendront jamais directement mais signaleront à la police ou aux services sociaux, par téléphone ou par mail, les actes et comportements dont ils seront les témoins ou qui leur seront rapportés. La confidentialité des échanges leur est garantie.

La compétence de ces volontaires sera la prévention envers les personnes isolées, âgées, le signalement des violences intrafamiliales, les troubles à la tranquillité publique, à la salubrité, les stationnements gênants, dangereux, les voitures ventouses et tout comportement qui pourrait sembler suspect ou anormal.

Le souci des autres et notamment de ses voisins âgés fait partie de la morale de base de la vie en société qu’il faut parfois rappeler tant l’individualisme est prégnant dans notre société. Mais, prenons garde, l’attention aux autres peut facilement devenir intrusion insupportable.

S’agissant de la la sécurité publique et des incivilités on peut s’étonner de l’ampleur de ce dispositif sachant que 30 cameras surveillent en permanence la voie publique et que 33 policiers veillent à notre tranquillité. Nous sommes l’une des populations les plus surveillées de France et tout cela nous coûte fort cher. Cette charte d’une certaine façon signe l’échec de cette politique qui ne donne pas les résultats attendus.

Cette charte sous des atours altruistes organise le contrôle de tous par chacun. Elle encourage la délation dans l’anonymat, acte d’une grande bassesse, qui est ordinairement la marque des pires régimes politiques. Loin de favoriser le vivre ensemble, elle l’affaiblira tant elle incitera à se méfier de l’autre, susceptible de colporter rumeurs et ragots, de nous dénoncer avec parfois des motivations étrangères au bien commun comme la jalousie, l’envie, ou tout simplement le désir de nuire, de faire le mal.

Nous combattrons par tous les moyens à notre disposition ce projet qui émane d’un maire donneur de leçons, cet ancien député qui s’abstient d’appliquer la loi quand elle ne lui convient pas. Ainsi, en refusant longtemps d’appliquer la loi SRU, il a exposé la commune à des pénalités financières et il ne veut toujours pas installer des panneaux en vue de la libre expression des Saint-Mandéens et des associations.

Bel exemple de civisme !

 

Geneviève TOUATI, Philippe LERAY, Sandra PROVINI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *