Point presse du PS

Crise pétrolière

Nous sommes face à une mutation énergétique majeure. Les prix du baril de pétrole sont à des niveaux élevés et y resteront sans doute pour longtemps. Il nous faut traiter cette mutation car elle est source de difficultés pour des catégories professionnelles (pêcheurs, transporteurs routiers, agriculteurs,…) mais aussi pour les salariés qui n’ont pas le choix que d’aller au travail en voiture avec du carburant cher, ce qui grève le pouvoir d’achat.

Le Parti socialiste avait déjà fait, il y a six mois, des propositions que je réitère aujourd’hui, au moment où le gouvernement reçoit le PDG de Total, mais ne semble pas en tirer de conclusions. Il faut taxer les profits pétroliers pour financer des mesures d’adoucissement de la charge énergétique :

  • Instaurer un chèque transport, négocier avec les entreprises, pour partager les coûts de transport supportés par les salariés. Le ministre Woerth a dit lui-même que ce serait une solution, mais rien n’est mis en œuvre par le gouvernement !
  • Relancer la baisse de la TIPP flottante, car c’est un élément pour limiter l’amputation du pouvoir d’achat.
  • A ce sujet, je réitère aussi nos propositions concernant les mesures nécessaires concernant le pouvoir d’achat des Français, au moment où les prix s’envolent :
  • Baisser la TVA sur les produits de première nécessité, afin d’avoir un impact direct pour limiter la hausse des prix.
  • Mettre en œuvre rapidement les promesses aux retraités, notamment en augmentant les petites retraites de 5%.

Le temps de travail

Le gouvernement montre un grand mépris des syndicats. On est aujourd’hui engagé dans la remise en cause des 35 heures. Dire que l’on peut renégocier des accords au niveau des entreprises, plutôt qu’au niveau des branches, c’est alors tout qui est remis en cause. On réduit à néant tout accord et notamment la possibilité de faire des heures supplémentaires, car il n’y aura plus de durée légale du temps de travail.

Quand il n’y a plus de politique salariale, des conditions de travail qui se dégrade, des pans entiers du code du travail qui sont démantelés, une précarité qui s’accroît, on assiste à une offensive forte contre les salariés, accompagnée par le gouvernement.

Le Parti socialiste s’oppose fortement à ces projets contre les 35 heures et soutient la grande manifestation du 17 juin.

Point de presse par Stéphane Le Foll

Propos de Martial :

Extraits d’une dépêche d’AFP :

Le prix Nobel d’Economie Joseph Stiglitz juge que « la crise des « subprime » n’est pas terminée » aux Etats-Unis et en Europe, et que cette crise est liée à la flambée des prix pétroliers et alimentaires.

Une situation « qui va continuer », poursuit l’économiste, ajoutant que du côté de l’emploi « il y a moins d’heures de travail sur le marché », un « signe clair que l’économie est malade ».

« Nous sommes au bord de la récession », mais en « 2008, le déficit américain atteindra « 500 milliards de dollars », et les Etats-Unis n’ont donc « plus les moyens de stimuler l’économie », fait-il valoir.

L’Europe va continuer à pâtir de la crise née aux Etats-Unis car « de nombreuses banques européennes ont acheté ces produits dérivés des « subprime » et en subissent le contrecoup », et parce que la faiblesse du dollar vis-à-vis de l’euro favorise les exportations américaines aux dépends des européennes.

Pour M. Stiglitz, la flambée pétrolière, les émeutes de la faim, la crise financière et les menaces de récession sont « liées ».

Fin de propos de Jacques Attali sur I-télé (de mémoire) :

« Vous savez tout le monde a accès à Internet, aux images TV, et quand les quelques millions d’humains se contentant de seulement 2 euros voire moins par jours pour vivre, prendront vraiment conscience que 1200 personnes ont des fortunes dépassant le 1milliard d’euros, il faut s’attendre à une progression importante des jacqueries.

Même en France, l’écart des gros revenus est vraiment aberrant surtout que les minimums ne permettent plus de vivre normalement, il y aura une révolution… »

Il n’a pas utilisé le conditionnel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *