Pour comprendre la crise financière

Un article fondamental, publié mardi 11 septembre dans Le Temps :

 » Les hedge funds ont prévu la faillite du «subprime», mais pas deux autres crises »

par Olivier d’Auriol, Auriol Asset Management SA. wwwdauriol.ch

« Peu d’investisseurs professionnels ont été directement victimes de la crise des «subprime mortgages». Ils avaient en effet anticipé que le nombre des propriétaires de biens immobiliers incapables d’honorer les paiements de leurs hypothèques allait fortement augmenter dans un environnement de hausse des taux et de baisse des prix de l’immobilier. De ce fait, le pourcentage des non-paiements dans les «subprime mortgages» atteint aujourd’hui 20%, bien au-dessus de la moyenne historique de 12%.

Depuis quelques années, les banques ont créé des «pools» contenant des centaines d’hypothèques de toutes les qualités, y compris des «subprime», qu’ils ont vendus à des investisseurs institutionnels et privés, transformant ainsi des hypothèques illiquides en des titres liquides. Chaque «pool» d’hypothèques, appelé MBS (titres garantis par des hypothèques), a plusieurs tranches dont la plus grande reçoit un «rating» de qualité AAA et les autres tranches reçoivent un rating de qualité inférieur («equity tranche»). Le «rating» AAA indique une probabilité maximum que le MBS paye les intérêts convenus à l’origine et soit remboursé à l’échéance. Pour obtenir cette certitude, chaque tranche de 100 dollars de MBS détient, selon la quantité de «subprime mort-gages» inclue dans le «pool», un nominal compris entre 110 et 150 d’hypothèques de diverses qualités («over-collateralization»). Si des détenteurs d’hypothèques sous-jacentes n’honorent pas leurs engagements financiers, ce sont les classes inférieures qui voient leurs revenus réduits. Certaines circonstances, comme la détérioration rapide de la situation financière d’un grand nombre de détenteurs d’hypothèques, peuvent provoquer une baisse de revenu et/ou capital de la classe AAA! C’est ce qui est arrivé récemment pour quelques MBS.  »

Lire la suite :

http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=214520

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *