Rentrée amère pour les familles saint-mandéennes

Texte publié dans les pages « Libre expression » du Bulletin municipal officiel, septembre-octobre 2014

5%, c’est l’augmentation décidée par la majorité municipale, avec le soutien des membres de la liste «Une  équipe pour Saint-Mandé», de tous les tarifs concernant l’accueil des enfants dans les écoles le matin et en fin de journée, la restauration scolaire, ainsi que l’ensemble des activités proposées par le conservatoire, la ludothèque, la maison pour tous, la maison des marronniers, etc.

Le tarif réduit jusqu’ici accordé à partir du second enfant a également été supprimé et l’on mesure l’impact d’une telle décision sur le budget des familles nombreuses.

Nous avons bien évidemment voté contre ces augmentations que rien ne justifie. Les charges fixes comme les frais de fonctionnement des structures concernées, et notamment les rémunérations du personnel, n’ont jamais augmenté de 5%.

Il nous a été objecté la nécessité de faire des économies en cette période d’austérité.

Mais des économies nous pouvons en trouver ailleurs, à commencer par le nombre d’adjoints dont s’entoure le maire. Sous l’ancienne mandature, les adjoints étaient au nombre de 9, alors même que 8 auraient amplement suffi. Avec la nouvelle mandature, le nombre a été porté à 10.

Au quotidien, les Saints-Mandéens ne voient pas la différence, mais les finances de la ville supportent l’indemnisation d’un élu de plus. Dans le même élan, la majorité municipale a décidé d’augmenter les indemnités du maire et de ses adjoints !

Economies de bouts de chandelle, nous a rétorqué le maire quand nous nous sommes  élevés contre  ces décisions.

Pour nous, avant de taxer les familles, commençons par supprimer les dépenses qui ne présentent pas d’intérêt pour la collectivité.

En l’espèce, si l’intérêt général avait prévalu, de telles décisions n’auraient pas été prises.

De même, alors qu’il avait été décidé lors du conseil municipal de juin de plafonner le montant de l’AMGED (allocation municipale pour la garde des enfants à domicile) et de la soumettre à des conditions de revenus, la majorité est revenue en arrière au dernier conseil municipal sans justifier de l’impact sur les finances de la commune.

La généralisation du quotient familial permettrait d’établir une politique familiale juste et équitable compatible avec les contraintes financières de la commune.

Pour nombre de familles saint-mandéennes, la rentrée a un goût bien amer.

Geneviève Touati, Philippe Leray et Sandra Provini, vos élus de la liste « A gauche, une équipe loyale pour une ville solidaire »

Contact :

par courrier électronique g.touati@wanadoo.fr

philippe.leray94@gmail.com

sandra.provini@iledefrance.fr

ou par courrier adressé à notre nom à la mairie de Saint-Mandé

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *