Stop à l’incivisme et aux violences

Notre commune a vécu entre le 29 mai et le 2 juin dernier des affrontements entre bandes de jeunes. Geneviève Touati est intervenue fermement à ce sujet lors du conseil municipal du 25 juin. Le texte  qui suit, de nos deux élus socialistes, paru dans le dernier bulletin municipal, appelle à un politique volontariste contre l’incivisme et les violences de tous ordres.

Il y a trois semaines Saint-Mandé était  le théâtre d’affrontements entre bandes de jeunes dont l’un fut blessé. Peu de temps auparavant des personnes participant dans la rue à une quête pour le compte d’une association humanitaire avaient été  victimes de propos d’une incroyable grossièreté  de la part d’adolescents.

Ces faits inadmissibles s’inscrivent malheureusement dans un contexte qui s’aggrave pour ne pas avoir été traité initialement comme il aurait du l’être.

En effet depuis quelques années nous n’avons pu que constater l’augmentation  d’incivilités en tous genres : stationnement intempestif, circulation de scooters au mépris du code de la route, attroupement de jeunes à l’attitude provocante interpellant les passants…Ce phénomène n’est malheureusement pas spécifique à notre commune. Ce qui l’est davantage c’est que parmi ceux qui font preuve d’un tel comportement, certains n’hésitent pas face aux protestations suscitées à prétendre être victime….. de racisme !

Pour ne pas s’exposer à un tel reproche dont la stupidité n’échappera pourtant à personne, la réponse des autorités municipales n’a pas été  à la hauteur de la situation, allant parfois jusqu’à affirmer contre toute évidence que tout ceci était l’œuvre de jeunes provenant  d’autres communes! Le résultat est là : aujourd’hui il ne s’agit plus uniquement d’incivilités mais de violences et les auteurs de tous ces faits déplorables  sont bel et bien, pour partie, des jeunes  Saint-Mandéens. Si la situation s’aggrave  c’est  aussi parce qu’au  sentiment d’impunité qui prévaut chez certains par suite de l’absence de fermeté dont a fait preuve la majorité municipale, répond chez d’autres l’exaspération qui ne peut qu’être mauvaise conseillère.

Pour notre part, élus socialistes,  nous condamnons tout  laxisme en la matière  sans craindre de nous voir imputer de quelconques préjugés comme nous l’avons exposé lors du dernier Conseil Municipal. Il faut mettre un terme à la dérive que connaît Saint-Mandé   et mener une politique volontariste. Dans l’espace public le respect des règles de droit  doit s’imposer à tous et à toutes ; les incivilités,  les infractions doivent être sanctionnées avec impartialité dans l’intérêt général sans s’arrêter aux arguties de certains voulant y voir une discrimination.

Lorsque ces agissements sont le fait de mineurs, le maire, la police municipale devraient   en aviser systématiquement  les familles. L’instruction civique n’étant pas le monopole de l’école, la majorité municipale pourrait également  réfléchir sur la mise en œuvre d’actions éducatives en direction des enfants et des adolescents pour leur apprendre l’importance du vivre ensemble, que chacun a ses propres  origines et que celles-ci  ne doivent pas constituer des clivages.

Sans se laisser aller  à la dramatisation – et à ce sujet les propos outranciers tenus par le premier adjoint sur son blog sont inadmissibles – il y a urgence à prendre en main cette situation qui voit se développer un climat d’insécurité et d’intolérance avec tous les risques que cela comporte.

 Geneviève Touati, Benoît Ains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *