Suicide et précarité : ne mettons pas tout sur le dos de la crise !

La crise n’a pas attendu l’automne 2008 pour les plus démunis. Nos concitoyens les plus fragiles disent : « La crise, pour nous, c’est tous les jours ! ».

A l’occasion de la journée nationale de prévention du suicide, le 5 février,  un rapport est venu montrer la corrélation entre suicide et précarité. Des reportages TV nous ont expliqué que la crise, la perte d’un emploi, la spirale des dettes, font basculer dans la dépression certains de nos concitoyens jusqu’à parfois les conduire à commettre l’irréparable. C’est une réalité très dure.

N’oublions pas tout de même que dans le même temps,  d’autres parmi nous commettent l’irréparable pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la crise. Avons-nous déjà oublié les défenestrations de locataires expulsés ou celles de personnes sans papiers, au moment de l’arrivée des forces de l’ordre ?

Il serait faux de tout mettre sur le dos de la crise. Il y a aussi des politiques publiques du logement et de l’immigration qui poussent nos concitoyens au désespoir.

Evelyne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *