Extraits du « point presse » du PS

Sanctionner la politique de Sarkozy

A trois semaines des élections municipales, le président de la République continue de baisser dans les sondages. C’est le sentiment des Français qui s’exprime sur la façon de gouverner mais aussi sur les résultats de sa politique. On voit face à cette situation une certaine impréparation du Président à gérer des effets d’annonces. Il n’y a qu’une raison à cela c’est la volonté de faire oublier la situation économique et sociale désastreuse du pays.

Je la rappelle : baisse du pouvoir d’achat -sur les 3 derniers mois de 2007, moins 1% de baisse du pouvoir d’achat pour les salariés et retraités-, les franchises médicales et un plan de rigueur en préparation dans les services de l’Etat pour les salariés, les retraités et les fonctionnaires, et comme le dit M. Santini, en s’adressant à ces derniers, les caisses sont vides.

La situation est particulièrement préoccupante. C’est pourquoi nous renouvelons aux Français, à trois semaines des municipales, notre souhait d’une forte mobilisation, avec pour objet en premier lieu de choisir des équipes municipales innovantes et protectrices, et en second de ne pas accepter ce plan de rigueur inéluctable. Une autre solution est possible, notamment de revenir sur la loi TEPA et de redistribuer les 14 milliards de cadeaux fiscaux, en deux propositions : 7 milliards pour le désendettement de la France et 7 milliards destinés à la hausse du pouvoir d’achat.

Dès le premier tour des municipales, un seul vote, deux messages.

L’opération de Villiers le Bel

Je rappelle qu’il y a quelques semaines, des écoles et des bâtiments publics avaient brûlé, que des policiers avaient été attaqués. Il devait y avoir une suite et les délinquants devaient être trouvés et déférés à la justice. C’est le fonctionnement normal. Pour autant l’opération apparaît comme une opération médiatique. Le maire a d’ailleurs été prévenu après la presse.

J’en tire deux enseignements. : c’est tous les jours que la police et la justice doivent être présents dans ces quartiers. Je le dis au moment où après avoir promis un commissariat de police, la Ministre de l’intérieur annonçait au maire, il y a quelques jours, que ce serait une simple antenne de police.

Enfin, à Villiers le Bel, il est plus facile de convoquer les caméras sur ce type d’opérations que de le faire sur la politique de la ville menée par le gouvernement.
Nous souhaiterions que ce soit cela qui soit montré, des opérations qui requalifie la ville avec une vraie politique, qu’il semble difficile pour le gouvernement d’en montrer les effets.

Le devoir de mémoire et la Shoah

Le devoir de mémoire doit être un devoir d’explication, de pédagogie. Il ne peut pas y avoir d’improvisation.

Nous demandons le retrait de la proposition du président de la République.

Nous demandons au Ministre de l’Education nationale de nous faire connaître l’existant de ce qu’apprenne aujourd’hui les élèves de l’histoire de la Shoah. Nous demandons aussi d’examiner, en concertation avec la fondation de la mémoire de la Shoah et avec la communauté éducative, toutes les mesures pour augmenter cet enseignement, c’est à dire tout le contraire d’une improvisation. Un vrai travail pour permettre demain au bénéfice de l’intérêt et de la mémoire de mieux apprendre dans nos écoles.

Extraits du point presse de Bruno Le Roux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *