Heures supplémentaires : la mystification

Pour faire croire que la situation économique s’améliore, le gouvernement argue d’une prétendue hausse du nombre d’heures supplémentaires effectuées.

Le Parti socialiste dénonce cette mystification. Le fait que les entreprises utilisent le dispositif TEPA ne signifie pas que les Français travaillent davantage, mais que les entreprises bénéficient d’un effet d’aubaine pour ne plus payer des cotisations sur des heures auxquelles elles avaient déjà recours.

Ce fait est incontestable, puisque le nombre total d’heures supplémentaires n’est pas en hausse, loin s’en faut. La DARES a d’ailleurs récemment publié une étude indiquant que la durée moyenne du travail des salariés à temps complet dans les entreprises de dix salariés a baissé au cours du dernier trimestre 2007, c’est-à-dire au moment même de l’entrée en vigueur la loi TEPA. Le gouvernement est d’ailleurs bien placé pour le savoir, puisque son budget 2008 prévoit une stricte stabilité du nombre d’heures supplémentaires.

Le poids de ces contrevérités est si lourd à porter que la ministre de l’économie a admis les limites de son raisonnement. En effet, en déclarant que le nombre d’heures supplémentaires était lié à la croissance, elle a de facto admis que le nombre d’heures supplémentaires n’a pu croître, puisque la croissance est passée de 2,1% en 2006 à 1,9% en 2007 et sera selon toute vraisemblance de 1,5% en 2008.

Le Parti socialiste renouvelle sa demande d’annulation du paquet fiscal. Les marges de manœuvre ainsi dégagées devront être utilisées pour favoriser la restauration de la compétitivité de nos entreprises et du pouvoir d’achat des français.

Communiqué d’Alain VIDALIES,

Secrétaire national aux entreprises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *