La gauche unie face à Sarkozy

Le Parti communiste, le MRC, le PRG, les Verts et le Parti socialiste se sont retrouvés pour une nouvelle réunion commune, le 22 janvier. Face à la crise financière et économique, ils ont tenu à dire leurs inquiétudes. Ils estiment tous que les réponses européennes et du gouvernement français sont insuffisantes ou mauvaises. Et demandent notamment un débat à l’Assemblée nationale.

Cette rencontre a aussi été l’occasion de présenter deux textes communs. Sur la laïcité d’abord, pour réaffirmer la loi de 1905 et le préambule de la Constitution de 1946. Un autre sur la police de proximité et son rôle dans les quartiers.

Déclaration commune sur la Laïcité

Les trois récents discours du Président de la République à Constantine et au Latran en décembre, à Ryad ces derniers jours, par leur insistance inhabituelle et troublante à promouvoir le rôle « incontournable », « indispensable » des religions dans nos sociétés ont heurté et inquiété, au-delà de la Gauche et des Verts, bien des citoyens.

Ces propos par lesquels le Président s’exprimait non pas « au nom du peuple français » mais « au nom des chrétiens » sont en rupture avec la tradition républicaine et la loi de 1905 de séparation des églises et de l’Etat. La république n’a pas besoin de croyants mais de citoyens, croyants ou non. Le jugement selon lequel « les instituteurs ne pourront jamais rivaliser avec les curés » est une insulte aux fonctionnaires de la République qui remplissent, depuis des décennies, avec un dévouement exemplaire une belle et grande mission de service public.

Les partis de Gauche rappellent que la laïcité est d’abord la protection d’une liberté individuelle fondamentale, la liberté de conscience et qu’elle seule peut fonder un espace républicain soustrait à l’empire des dogmes, où les citoyens peuvent débattre de l’intérêt général.

Cette valeur de liberté n’a pas plus besoin de qualificatif réducteur que les valeurs de la République portées aux frontons de nos édifices publics.

Les partis de gauche et les Verts s’engagent, face aux menaces qui existent, à se mobiliser pour défendre la loi de 1905 et le préambule de la Constitution de 1946.

Déclaration commune concernant le plan « espoir banlieue » du gouvernement (extrait)

… Les partis de gauche expriment leurs doutes et leurs inquiétudes au sujet d’un énième « plan banlieue » maintes fois annoncé, sans cesse reporté, et dont la portée semble limitée à quelques quartiers et quelques dispositifs, avec un financement dérisoire. Nous refusons de cautionner une telle mascarade, alors que les enjeux de société posés par les quartiers populaires mériteraient un profond changement de politique nationale et un effort massif spécifique pour rétablir l’égalité entre les villes, les quartiers et leurs habitants. Une véritable volonté de solidarité urbaine devrait impérativement se traduire selon nous par un ensemble de mesures fortes et ambitieuses, parmi lesquelles :

contraindre les villes qui refusent de construire au moins 20% de logements sociaux (loi SRU), et développer massivement les logements sociaux accessibles au plus grand nombre, pour permettre la mise en œuvre effective du droit au logement opposable ;

– lutter contre toutes les discriminations qui frappent les habitants des quartiers, en particulier en matière d’emploi : favoriser l’emploi des jeunes dans les entreprises, et développer de nouveaux emplois de proximité, comme la gauche a su le faire avec les emplois-jeunes et les adultes-relais, en développant l’économie sociale et solidaire ou la création d’entreprise ;

investir dans l’éducation et la culture, notamment en recréant les postes d’enseignants et d’adultes supprimés depuis 2002 dans les ZEP, en rétablissant la carte scolaire et en y intégrant les établissements privés, en développant de véritables projets éducatifs pour favoriser la réussite de tous ;

rétablir une véritable police de proximité, de plein exercice, qui doit, au cœur des quartiers, être présente et en capacité de prévenir, dissuader, interpeler et déférer à la justice les délinquants ; développer toutes les formes de médiation contre la violence et de prévention de la délinquance.

Si ces mesures n’apparaissaient pas, avec un engagement financier massif au bénéfice de l’ensemble des villes concernées, le « plan banlieue » ne serait qu’une supercherie de plus, après la parodie de concertation menée par la secrétaire d’Etat à la ville, et alors que les habitants des quartiers populaires ne veulent plus être des citoyens de seconde zone et aspirent à une véritable égalité de droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *