La région présente son plan de mobilisation sur les transports

Voté le 19 juin par 178 conseillers régionaux sur 209 élus composant l’assemblée, le plan de mobilisation sur les transports concrétise le travail mené avec la ville de Paris, les départements d’Ile de France, le STIF et l’Etat. Ce plan, le plus ambitieux depuis la création du RER dans les années 1970, s’attaque à des projets à la fois à court et à moyen terme. Il fait aussi émerger la nécessité d’investir dans deux grands projets structurants.

La mise en oeuvre du plan va permettre :

-de répondre aux principales urgences qui concernent le réseau de transport francilien : modernisation des RER C et D, renouvellement du matériel roulant du RER A, désaturation de la ligne 13, large accessibilité du réseau pour les personnes à mobilité réduite.

-d’accélérer les projets en cours de façon à ce que l’ensemble des opérations puissent être engagées rapidement. Le tram-train Massy-Evry, le prolongement du tramway T1 à Val-de-Fontenay, la seconde phase de réalisation de la tangentielle nord sont quelques-uns des projets, inscrits au contrat de projets Etat-région 2007-2013, actuellement en phase d’étude. Le plan de mobilisation proposé par la région prévoit de mettre en oeuvre tous les projets prévus au contrat de projets 2007-2013 afin de permettre leur mise en service avant 2020.

-d’engager la réalisation de deux grands projets : le prolongement du RER E Eole à l’ouest et la rocade en métro automatique Arc Express. Pour réaliser ce métro qui permettrait de se déplacer de banlieue à banlieue sans passer par Paris, 6 milliards d’euros seront nécessaires.

Les besoins de financement sont estimés à 18,95 milliards d’euros selon les conditions économiques de 2008, dont :

– 3,3 milliards au titre du matériel roulant

– 2 milliards au titre de l’accessibilité des réseaux pour les personnes à mobilité réduite

– 2 milliards pour la modernisation des RER C et D et la désaturation de la ligne 13

– 6,4 milliards pour l’accélération des projets

– 5,250 milliards pour l’engagement d’Eole à l’Ouest et d’Arc Express

La région, les départements et le Stif sont prêts à financer 67 % des investissements, soit 12 milliards d’euros. Des ressources nouvelles (augmentation du versement de transport, redevance pour création de bureaux…) seront néanmoins nécessaires pour réunir 4,5 milliards d’euros. Le plan prévoit une participation de l’Etat à hauteur de 5,8 milliards. Ce plan a été présenté, à l’issue du vote, à ses partenaires, les cinq présidents de conseil général d’Ile-de-France, le maire de Paris, les représentants du Stif ainsi que les dirigeants de la SNCF, de la RATP, de RFF et des réseaux de bus Optile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *