Le décrochage dans les sondages du président de la République

Les études convergent sur cette faiblesse dans l’opinion et sur le décrochage du président de la République. Cette sanction est consécutive aux promesses non tenues.

Le président de la République avait fait campagne sur une thématique de promesses qui ne sont pas tenues, notamment celle du pouvoir d’achat. Mais la sanction s’aggravera car à côté de cela, il y a eu absence de volonté constatée de la part du président de la République de vouloir améliorer le pouvoir d’achat. Les français ont pu constater qu’il y a une absence de volonté évidente du président de la République de s’atteler à la question cruciale du pouvoir d’achat. Les Français se rendent maintenant compte d’un échec profond renforcé par des mensonges sur les prévisions en matière de croissance et d’inflation. Les Français ont conscience que la situation est grave et qu’à cette absence de volonté se greffent des manques de prévisions qui entraineront demain des prélèvements supplémentaires et notamment un plan de rigueur.

Cela permet de poser une question claire au gouvernement. Dans les mesures annoncées par Jacques Attali dans quelques jours, il semblerait qu’il préconiserait l’augmentation de la CSG et celle d’un point de la TVA sociale. Comme le gouvernement a indiqué qu’il mettrait en œuvre toutes les recommandations du rapport Attali, nous demandons s’il confirme pour les prochaines semaines l’augmentation de la CSG et de la TVA après les élections municipales ?

Nous avions annoncé en outre qu’immanquablement étant donné la politique conduite aujourd’hui, cela nous mènerait après les élections vers la mise en place d’un plan de rigueur, et à l’augmentation de la TVA, du CRDS, de la CSG. Nous demandons si le gouvernement confirme ou infirme cette situation ?

Extrait du communiqué de presse du PS du 21 janvier 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *