Le PS soutient la journée de mobilisation syndicale du 13 juin

Après les grandes mobilisations des 29 janvier, 19 mars et 1er mai en France, les manifestations européennes des 14, 15 et 16 mai dernier, la journée de mobilisation décentralisée du 26 mai, les huit organisations syndicales participant aux mobilisations unitaires ont appelé les salariés à un samedi de mobilisation, le 13 juin. Elles demandent au gouvernement et au patronat l’ouverture de négociations sur une série de revendications communes à l’intersyndicale.
Le Parti socialiste soutient ces revendications et souhaite que des négociations puissent aboutir sur la base de la plate-forme syndicale (*). Le président de la République et son gouvernement refusent d’entendre les exigences sociales qui se sont exprimées dans tout le pays. Ils n’apportent aucune réponse à la crise économique et sociale, dont ils sont pour partie responsables puisqu’ils n’ont pas su, depuis maintenant plus de sept ans, prendre les mesures nécessaires et justes pour moderniser et renforcer l’économie de notre pays.
Le Parti socialiste a soutenu l’ensemble des mobilisations, et a participé aux manifestations qui se sont tenues à Paris et sur tout le territoire. Dans la continuité, il soutient aujourd’hui la mobilisation et appelle les salariés à y participer au sein de leurs cortèges syndicaux. Une délégation conduite par Claude Bartolone, secrétaire national aux relations extérieures, et composée de Benoît Hamon, Anne Hidalgo et Pervenche Berès se retrouvera samedi 13 juin 2009 à 13h devant le café Opéra à l’angle de la place de la Bastille et de la rue de Lyon à Paris.

Communiqué du PS, le 12 juin 2009

___

* Celle-ci précise notamment que le gouvernement doit « donner à Pôle emploi les moyens nécessaire à l’accompagnement personnalisé des demandeurs d’emplois, supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires et le bouclier fiscal, mettre à contribution les stock-options au titre de la solidarité, consacrer ces ressources nouvelles au financement des mesures sociales, renoncer dans les fonctions publiques aux suppressions d’emplois prévues pour 2009 et 2010, s’engager à résorber la précarité et tenir ses engagements en matière de négociations salariales, (…) renoncer à l’extension du travail du dimanche, garantir à l’hôpital public les moyens de ses missions, développer le logement social, encadrer le prix des loyers. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *