L’école publique et laïque ne peut être sacrifiée sur l’autel de restrictions budgétaires aveugles

En cette rentrée scolaire, Nicolas Sarkozy et son gouvernement poursuivent  leur politique d’affaiblissement de l’Ecole publique déployée depuis plusieurs années.

Suppressions de postes par dizaines de milliers -60 000 en six ans-, appauvrissement des programmes de l’école primaire, bouleversements non concertés des rythmes scolaires, menaces portées sur l’avenir des IUFM, suppression progressive de la carte scolaire, réforme précipitée du lycée et de la voie professionnelle, imposition aux mairies d’un accueil des élèves en cas de grève : autant de décisions lourdes de conséquences qui placent délibérément au second plan les besoins réels du système éducatif.

Cette recherche d’économies, qui entraîne de dangereuses remises en cause de fonctions entières du service public d’enseignement, porte atteinte au droit à la réussite pour chaque jeune.

Aux côtés des parents d’élèves, des enseignants et de l’ensemble des membres de la communauté éducative, les socialistes réaffirment que l’Ecole, véritable investissement sur l’avenir, doit être une vraie priorité.

Pilier de notre République, instrument majeur de l’égalité des chances entre tous les enfants, lieu d’émancipation et de socialisation, l’école publique et laïque ne peut être sacrifiée sur l’autel de restrictions budgétaires aveugles ; elle doit être réformée, là où cela est nécessaire, dans la concertation, le dialogue et le respect de tous les partenaires de l’Ecole.

Communiqué du Bureau national

—————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *