“Redonner à la France les moyens d’agir” – Conférence de presse de Michel Sapin

Face à la crise économique et financière mondiale, les choix économiques du gouvernement ont affaibli la voix de la France, qui a ainsi perdu de sa crédibilité, à la veille de prendre la présidence de l’Union européenne.

L’économie française est dégradée et affaiblie face à cette crise.
L’accroissement de la dette et des déficits publics, la baisse de la croissance et la dégradation du pouvoir d’achat des Français oblige le gouvernement à une rigueur extrême, à l’exemple du gel de 7 milliards d’euros du budget 2008, somme jamais atteinte auparavant.
Les difficultés sont le fruit des erreurs volontaires du gouvernement et notamment du paquet fiscal de 15 milliards d’euros adopté l’été dernier. Si le gouvernement s’obstine à ne pas le supprimer, les conséquences en seront très graves.

Nos propositions pour redonner à la France les moyens d’agir (document à télécharger) présentent des mesures à partir de l’annulation du paquet fiscal (hors la réduction d’intérêts pour l’achat de la résidence principale) par :

  • des mesures en faveur du pouvoir d’achat, par l’abaissement du taux de TVA sur les produits de première nécessité, la hausse de 50% de la prime pour l‘emploi, le doublement de la prime de rentrée scolaire, le chèque transport généralisé (financé par la taxation des superprofits des entreprises pétrolières), la hausse de 5% des petites retraites ou encore un plan de rattrapage des traitements dans la fonction publique.
  • La restauration de la compétitivité des entreprises pour stimuler la croissance, par la modulation de l’impôt sur les sociétés en fonction de l’investissement, la refonte des aides directes et fiscales, l’accroissement de l’effort budgétaire vers la recherche, l’innovation et l’enseignement supérieur.
  • La réduction des déficits publics et la dette.
  • Enfin, en modifiant, en France, les règles de gestion financières par : la séparation des activités des banques de détail et des banques d’affaires, l’intensification des contrôles, ou la création d’un droit d’alerte, par exemple. Au niveau mondial par : de nouvelles normes pour moraliser les pratiques financières, comme la mise en place d’outils de transparence et de prévention des risques, ou l’obligation pour les banques émettrices du crédit initial de porter une partie du risque final.

>> Télécharger le document d’analyse et de propositions : « Pour redonner à la France les moyens d’agir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *