Remarques personnelles sur l’actualité…

La crise financière :

Je suis quand même surpris de la réaction rapide (et heureusement) des dirigeants de nos états pour sauver les banques ; pour sauver le système financier. On trouve des milliards et milliards et encore des milliards, sans contrepartie (ou très peu) à mettre à la disposition de dirigeants financiers qui ont prouvé leur incompétence…

Quelle énergie pour la sauvegarde de l’économie, je suis impressionné. Mais comment ce fait-il qu’on ne trouve pas cette même énergie pour la sauvegarde de l’être humain : les sans-abris, les démunis qui se nourrissent grâce à nos poubelles, les enfants sans avenir,  les victimes des colères naturelles (Tsunami, tremblements de terre, ouragan, etc), dans ce cas on fait appel à la générosité des  « gens » et même les plus démunis n’hésitent pas à donner quelques euros, c’est la solidarité ; ce que semblent ignorer les « grands » de ce monde en tout cas pour le genre humain.

Par ailleurs, je ne peux m’empêcher de dire  : quelle chance d’avoir un système de répartition pour nos retraites ! Le régime par répartition protège les retraités français des effets de la crise financière, alors que le système de capitalisation à l’américaine, parfois montré en exemple, rend très vulnérables leurs homologues américains. Dans ce système de capitalisation, chaque actif prépare sa propre retraite grâce à son épargne, placée, via des fonds de pension, sur les marchés financiers… Et les reportages télé, nous montrent des retraités américains recherchant du travail car leur revenu de retraite est en chute libre ne leur permettant plus de vivre…

Le sifflement de la Marseillaise hier :

Cela me perturbe, me choque mais je me pose des questions : Que sifflent-il exactement ? La France ? Son passé colonialiste ? Sa politique envers les français d’origine étrangère ? Sa politique d’immigration ? Le texte de l’hymne national un peu trop guerrier (Qu’un sang impur Abreuve nos sillons !) ?

Doit-on annuler le match ? Encore une fois je ne sais pas, ne risque-t-on pas au contraire d’amplifier une situation de haine ?

Alors que faire ? Et si on commençait à essayer de comprendre cette réaction. Si on demandait à ces spectateurs d’expliquer leur sifflement ; on aurait peut être des surprises… Et si on leur demandait ce qu’ils proposeraient eux pour changer ce climat de haine ; on aurait peut être des surprises…Bref un travail de réflexion en leur demandant de participer (j’aime ce mot…).

Martial

—————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *