Très riche débat aujourd’hui à Vincennes

Cet après-midi, plus de quarante personnes se sont réunies à Vincennes pour un Café Ségolène particulièrement riche. Militants de Fontenay, Vincennes et Saint-Mandé, mais surtout, en majorité, des Vincennois désireux de mieux connaître le pacte présidentiel de Ségolène Royal et d’en discuter.

La discussion a d’abord porté sur un événement tout récent qui n’a laissé personne indifférent, cette arrestation d’un grand-père chinois en situation irrégulière devant l’école de son petit-fils. Une école de Vincennes, où sont scolarisés les enfants de deux familles sans papiers, risque de vivre la même scène, alors même que la convention européenne des droits de l’homme interdit l’expulsion d’enfants scolarisés. La proposition 100 de Ségolène Royal offre une alternative à la politique inhumaine et absurde (la suppression de la carte de 10 ans a plongé beaucoup de gens qui vivaient et travaillaient en France depuis des années dans une situation irrégulière, multipliant le nombre de « sans-papiers ») menée par Nicolas Sarkozy. Elle prévoit de « régulariser les sans-papiers à partir de critères fondés sur la durée de présence en France, la scolarisation des enfants et la possession ou la promesse d’un contrat de travail ».

Deuxième grand axe du débat : le logement, au moment où les expulsions reprennent massivement après la trève hivernale. Une jeune mère expulsée récemment d’un appartement dont le loyer s’élevait à 500 euros a témoigné de son incompréhension : elle est aujourd’hui logée à l’hôtel avec son bébé, dans une chambre sans possibilité de faire la cuisine, et cela coûte 1300 euros par mois à l’Etat. N’aurait-il pas mieux valu qu’elle soit maintenue dans son appartement ? La proposition 12 de Ségolène Royal sur la sécurité du logement tout au long de la vie répond à ces problèmes cruciaux, notamment avec le « bouclier logement » qui limitera à 25% le montant des dépenses de logement pour les familles modestes, les acquisition-réquisition des logements vacants spéculatifs, la construction de 120 000 logements sociaux par an et la mise en place de sanctions financières pour les communes qui ne créent pas d’hébergement d’urgence.

Troisième grand thème : les délocalisations. Pour répondre à cet enjeu majeur dans une économie mondialisée, Ségolène Royal propose notamment la création d’une Agence nationale de réindustrialisation qui mettra en place une véritable politique industrielle (proposition 2). Plutôt que de choisir une logique défensive, Ségolène Royal mise sur l’apparition d’entreprises innovantes. Elle donnera la priorité aux investissement des entreprises avec un taux d’impôt sur les sociétés plus bas si le bénéfice est réinvesti et plus haut s’il est distribué aux actionnaires. Mais la première proposition du pacte, symboliquement, est l’augmentation du budget de la recherche de 10% par an. Enfin, Ségolène Royal propose de travailler sur le problème des délocalisations au niveau européen, en construisant une Europe plus protectrice, menant des politiques communes ambitieuses dans les domaines de la recherche-innovation, de l’énergie et de l’environnement (proposition 88).

Les débats se sont poursuivis par une réflexion sur les institutions, après la proposition de Ségolène Royal cette semaine de passer à la VIe République. Par delà la réforme des institutions (propositions 69 à 75 : non-cumul des mandats pour les parlementaires, introduction d’une part de proportionnelle pour l’élection des députés, etc.) qui sera soumise à référendum, c’est à une refondation en profondeur de la démocratie en France que notre candidate nous invite, avec deux grand piliers : la démocratie participative avec les « jurys citoyens » qui associeront les citoyens aux décisions politiques, en leur permettant d’évaluer les politiques publiques en toute transparence, et la démocratie sociale avec la promotion d’un syndicalisme de masse.

Un débat extrêmement riche donc, qui a aussi porté sur la politique culturelle, l’égalité des droits pour les couples homosexuels, l’égalité des salaires des hommes et des femmes, la notion d’identité nationale telle que l’a présentée Ségolène Royal à Marseille cette semaine.

Ne manquez donc pas le prochain qui se tiendra samedi 31 mars au café Le Terminus à Vincennes !

Sandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *