Enseignement supérieur : une initiative à contre-courant des enjeux

Malgré les nombreuses et récentes mobilisations étudiantes, et de la communauté éducative, la ministre de l’Enseignement supérieur a annoncé le non remplacement d’un départ à la retraite sur six.

Compte tenu de l’augmentation du nombre de départs en retraite, d’ores et déjà prévus dans les années à venir, cette décision est très lourde de conséquences.

Ainsi, au mépris des priorités pourtant partagées par tous, le gouvernement annihile tous les efforts pour améliorer la réussite des étudiants.

Le parti socialiste ne cesse de rappeler que les amphithéâtres surchargés, l’accroissement des options, le suivi plus individualisé des étudiants notamment en premier cycle, nécessitent un effort à la hauteur des enjeux.

La droite, victime de ses dogmes, fait l’impasse sur la préparation de l’avenir de la France, c’est-à-dire la jeunesse et la recherche. L’université souffre de nombreux maux, au premier rang desquels, l’important taux d’échec en premier cycle, les conditions de vie toujours plus difficiles des étudiants, le manque chronique de moyens, et la vétusté des sites.

Le parti socialiste refuse cette marche arrière qui risque de pénaliser un peu plus l’indispensable développement de la formation supérieure.

Communiqué d’Yves DURAND, Secrétaire national à la recherche
et Alain CLAEYS, Responsable national à la recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *