Extrait du « point presse » du PS

Le premier tour des élections  législatives partielles d’Eure-et-Loir et des Hauts-de-Seine

Le Parti socialiste tient à exprimer sa satisfaction  aux vues des bons résultats de nos candidats. Dans l’Eure-et-Loir, Françoise VALLET atteint 37,5 % des voix en devançant le candidat l’UMP et dans les Hauts–de-Seine, Philippe KALTENBACH améliore de 7 points son propre score par rapport à l’élection de juin 2007. La question du pouvoir d’achat qui inquiète la majorité de nos concitoyens commence à se faire sentir dans les urnes et traduit le malaise de nos concitoyens.

La crise à la Société générale

La question de cette crise est plus vaste que l’hypothèse d’un trader fou qui serait à l’origine de tout. C’est aussi la question du système financier qui s’emballe. La direction a mis 3 jours pour réagir, informer le gouvernement et le Premier ministre,  ce qui n’est pas normal. Ensuite elle a sur-réagi dès qu’elle s’est aperçue de ce qui se passait en vendant de façon massive ses actifs. C’est la responsabilité des dirigeants de la Société générale qui est en cause et non la responsabilité d’une seule personne. C’est ce que devra établir la commission d’enquête que nous demandons. Il n’est en effet pas acceptable que l’on apprenne par le Premier ministre qu’il n’a été prévenu que le jeudi, trois jours après la découverte des faits. Nous demandons de la clarté et la commission d’enquête devra apporter les précisions nécessaires et les explications claires sur ce qu’a fait la Société générale.

Il faut que les contribuables français soient protégés de ce type de situation, car c’est par la clarté que s’établira la confiance de nos concitoyens dans le système bancaire. Il faut que notre système bancaire soit solide et ce n’est pas en disant que l’État de renflouer les caisses que nous pouvons nous satisfaire de cette solution. C’est pourquoi, nous demandons un débat européen sur cette question.

Dire la vérité aux Français

Nous demandons plus largement un débat au Parlement sur la question du système bancaire et financier pour éviter que ce genre de situations ne se reproduise mais également sur les perspectives de croissance et d’emplois, alors que la Commission européenne désigne notre pays comme le plus mauvais élève de la classe. Notre endettement est dénoncé par la commission européenne. Le gouvernement pour trouver des solutions devra donc demander des efforts à tous les Français.et fera payer à chacun l’addition. Nous allons inévitablement vers un plan de rigueur, il faut  donc que les Français soient informés de cette situation. Il y a également un risque de dérapage des comptes publics. C’est pourquoi  nous demandons au gouvernement de revenir sur les dépenses qu’il a engagées en pure perte l’été dernier en accordant 15 milliards d’euros aux plus favorisés. Notre campagne électorale s’organisera donc autour de 3 thèmes, le logement, le pouvoir d’achat et le système de santé et de franchises.

La question de l’audiovisuel

Avec l’annonce de l’éventuelle privatisation de France 3, nous voyons bien quelle est la conséquence des choix politiques de Nicolas SARKOZY de vouloir supprimer la publicité sur les chaînes de télévision publiques. Nous partageons l’inquiétude des personnels de ce secteur fragilisé par ces annonces. Il n’est pas acceptable que de telles mesures impromptues se trament dans l’opacité totale, dans le dos des organisations syndicales et au mépris de la représentation nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *