Le pouvoir d’achat… Mais quand le gouvernement va-t-il agir ?

Des polémiques ont lieu aujourd’hui, provoquées par des conseillers du président voire par le président lui-même, alors qu’une seule question les intéresse aujourd’hui et les taraude depuis plusieurs mois : c’est la question du pouvoir d’achat. C’est cette préoccupation qui touche et qui concerne le plus grand nombre de Français.

On apprend par une enquête du magazine 60 millions de consommateurs que l’inflation sur les produits alimentaires a dépassé les 45 %. Le taux de l’inflation dépasse les 3 % en moyenne et touche directement les ménages et leur consommation.

Dans le même temps, les annonces sur une croissance à 2 % sont totalement inconsidérées. Tous les indices y compris ceux de l’OCDE et des États-Unis considèrent que la croissance française sera en-dessous de 2 %, ce qui est le constat d’un échec cuisant de la politique conduite depuis 8 mois.

Le recours aux heures supplémentaires est un échec et il serait même inférieur à ce qu’il était l’année précédente. La stratégie du gouvernement élaborée durant la campagne incitant à travailler plus pour gagner plus est un échec. Cela concerne tous les salariés et comme il n’y a pas de croissance, il ne peut y avoir des heures supplémentaires.

A partir de ce constat, il faut que le gouvernement agisse. On ne peut pas se contenter d’entendre des ministres du gouvernement nous dire que c’est inacceptable. Pour agir il faut privilégier 2 mesures :

  • La première est de revenir sur notre proposition de baisser la TVA sur les produits de première nécessité, ce qui devient une urgence. Le gouvernement doit prendre cette mesure le plus rapidement possible.
  • Le deuxième point est de ne pas attendre cette fameuse loi Châtel qui doit mieux organiser la concurrence et répercuter les marges arrières sur les prix des produits alimentaires. Il est temps que le gouvernement agisse de façon déterminée pour que les prix des produits alimentaires soient maîtrisés. Il faut que le gouvernement et la DGCCRF s’engagent et voient exactement ce qui se passe entre les industriels et la grande distribution et qu’il y ait pour les instituts de consommateurs une véritable transparence sur l’indice des prix. C’est à cette condition-là que l’on pourra lutter efficacement contre l’inflation et que l’on pourra avoir des mesures plus fortes pour le pouvoir d’achat des Français.

Nous redemandons par exemple la mise en place du chèque transport en trouvant un financement à travers un prélèvement exceptionnel sur les profits pétroliers. Cette mesure facilitera l’accès de tous aux transports collectifs et permettra aux millions de Français concernés d’être moins pénalisés par le coût de l’énergie.

Extrait du « point presse » de Stéphane Le Foll.

Propos de Martial :

Question économie le gouvernement est inefficace, incompétent ; c’est ce que pense certes la majorité des français mais aussi nos partenaires européens… C’est triste. Faute de trouver de réelles et profondes mesures permettant une relance de la croissance profitant à tous, notre Président et son gouvernement mettent en avant dans leur communication des décisions, des actions qui en rien améliorent la situation quotidienne des français (et pourtant quelle énergie dans ces annonces…) :

  • confier à un élève de CM2 la mémoire d’un enfant victime de la Shoah, certes l’idée est louable quoique un peu précipitée…
  • la loi sur la rétention de sûreté, certes il est évident que nous ne voulons pas retrouver des criminels potentiels en liberté, est déjà publiée au journal officiel… quelle rapidité !
  • faire inscrire la gastronomie nationale au patrimoine mondial – bon là je suis un peu taquin – mais quand même n’y-a-t-il pas d’autres priorités ?

Un conseil pour notre gouvernement : consultez les propositions de la candidate PS de mai 2007, Ségolène Royal et mettez les en place… Voilà la vraie chance pour la France.

——————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *