Le PS demande au gouvernement d’entendre l’inquiétude et les revendications justifiées des lycéens et des partenaires de l’Education nationale

Le mouvement des lycéens s’est encore amplifié ce jour. Il traduit une profonde inquiétude de la jeunesse de notre pays et de l’ensemble de la communauté éducative. Cette inquiétude est légitime : les milliers de suppressions de poste tout comme les projets de réforme initiés par Nicolas Sarkozy et mis en place par le tandem Fillon – Darcos vont contribuer à aggraver plus encore les conditions d’enseignement pour la rentrée prochaine.

Le Parti socialiste réaffirme le droit à la réussite des jeunes. Il demande au gouvernement d’entendre l’inquiétude et les revendications justifiées des lycéens et des partenaires de l’Education nationale en renonçant aux suppressions de postes et en rétablissant la priorité à l’Education pour aujourd’hui et pour demain.

Communiqué de Claude ROIRON
Secrétaire nationale à l’Education

Propos de Martial :

Sans vouloir être alarmiste, je sens monter peu à peu dans notre jeunesse une réelle inquiétude sur l’avenir et je les comprends. Contrairement aux 20 / 30 ans qui, pendant leurs études, au lycée pouvaient espérer encore à un futur sympa. A l’époque, s’il y avait des difficultés à prévoir on pouvait encore penser qu’avec une politique ambitieuse dans le cadre de l’hexagone certains d’entre eux, peut être une majorité pourraient profiter de lendemains radieux.

Aujourd’hui les adolescents même si cela ne transparait pas dans leurs revendications du jour, s’éveillent et constatent que leur avenir ne dépend plus de notre microcosme français mais bien d’une prise de conscience mondiale sur une situation future plus qu’incertaine.

Quand j’écoute les jeunes interrogés, je ne parle pas des leaders qui ont encore cette culture politique du quotidien, du combat à court terme, mais les autres qui font part de leur peur de ne pas avoir d’avenir et cela dépasse les portes du lycée.

Je crois que leur monde (la Terre) doit, et rapidement, évoluer dans une autre façon de gérer l’avenir et pour cela nous devons dès maintenant aider les jeunes à prendre leur futur, annoncé chaotique, en main. Et personnellement je pense que ce futur ne pourra passer que par la prise en compte totale des notions de partage, de solidarité ; d’une lutte contre tout égoïsme (ce sera pour certains d’entre eux une culture de renoncement).

Nos générations n’ont pas su évoluer et sont restées dans un conservatisme dévastateur pour nos jeunes. Aidons les à conserver un désir d’avenir même si ce dernier ne ressemble pas à celui que nous leur souhaitions il y a encore quelques temps…

——————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *