Les incidents du centre de rétention de Vincennes…

Comme la presse va rapporter largement la réaction ignoble de l’UMP Frédéric Lefebvre qui accuse ouvertement RESF d’être l’origine des incidents de week-end au CRA de Vincennes, je me permets de mettre ici le communiqué de RESF en réponse :

communiqué RESF (23.06.2008 – 13h20)

Dans un communiqué à l’AFP, le député Frédéric Lefbvre met en cause la présence de manifestants, dont des militants du RESF, devant le centre de rétention de Vincennes au moment où le feu prenait dans cette prison administrative pour étrangers. Il condamne l’action de collectifs comme RESF qui se livrent à « des provocations (…) au risque de mettre en danger des étrangers retenus ». Et voilà Monsieur Lefbvre, héritier du siège de député des Hauts-de-Seine de M. Sarkozy, institué meilleur défenseur des étrangers retenus !

Le discours serait d’un comique vulgaire s’il ne visait à masquer une réalité dramatique : le sort réservé aux sans papiers par la politique du gouvernement que soutient M. Lefbvre qui les condamne à la terreur tant qu’ils sont libres, au désespoir complet quand ils sont internés et en attente de leur bannissement.

Un exemple pour parler clair : avant-hier, samedi a été expulsé vers la Côte d’Ivoire le père d’un enfant français âgé de 11 ans, déjà orphelin de sa mère. On en reparlera. Mais quand les centres de rétention sont pleins d’hommes et de femmes qui vivent de tels drames, certains moins lourds, d’autres pires encore, comment ne pas comprendre leurs gestes de désespoir, le plus souvent d’ailleurs retournés contre eux-mêmes, auto-mutilations  ou tentatives de suicide. Ces désespérés n’ont assurément pas besoin de la présence de quelques militants pour être poussés à bout.

Au-delà de sa sottise, la réaction du parlementaire par héritage manifeste un regret : celui que les persécutions infligées aux sans papiers ne restent pas confinées dans le secret des commissariats, des préfectures et des centres de rétention. L’action de militants du RESF qui sont en réalité des enseignants, des parents d’élèves, de simples citoyens qui ne veulent pas laisser faire n’importe quoi, est effectivement un obstacle à la politique de brute voulue par M. Lefbvre et consorts. Il est inquiétant qu’un député se fasse le partisan de l’opacité sur les conditions des étrangers dont il se prétend le défenseur.

Ajoutons, pour en terminer, que son appel aux poursuites judiciaire contre le RESF reflète une volonté répressive. La police recherche, paraît-il, les « coupables » d’incendie volontaire. L’UMP qui n’hésite pas à ratisser large en matière de poursuites judiciaires quand il ne s’agit pas de ses membres, voudrait y inclure le réseau. C’est le coup classique du pyromane qui crie au feu et dénonce des innocents. Les responsables de l’incendie de Vincennes sont ceux que sert M. Lefbvre avec tant de reconnaissance : MM. Hortefeux et Sarkozy. Se défausser de ses responsabilités sur autrui ne sert à rien. A moins qu’il ne veuille refaire, à la nano échelle d’un Lefbvre, le coup de l’incendie du Reichstag ?

J’en profite pour rappeler que les « retenus » (terme qui ressemble terriblement à « détenu ») sont des étrangers « sans papier », ils ne sont pas en règle. Ils n’ont commis aucun crime, pour la très très grande majorité d’entre eux leur casier judiciaire est vierge. La plupart ont un travail, certains sont lycéens (on les choppe quand ils ont 18 ans, d’ailleurs avec la « directive européenne de la honte » ce ne sera plus nécessaire d’attendre…). Ils ne demandent pas la nationalité française ils demandent à être régularisé. Ces personnes, très souvent travaillent dans le calme et ne se font pas remarquer dans leur quotidien car leur objectif est de subvenir aux besoins vitaux de leur famille, leur clan, de leur pays d’origine. Ce ne sont pas les délinquants qu’on cite souvent, français de 1ère ou 2ème génération (bien élevés chez nous à qui on a appris à cultiver la différence… de faciès… et c’est une autre histoire où nous ne sommes pas clairs.). Ce sont des pères, frères, enfants qui viennent chez nous pour gagner un peu d’argent et le renvoyer là-bas. J’ose, c’est de l’aide humanitaire que nous peuples développés, nantis, sommes incapables de faire, en revanche on a su exploiter leurs pays, encore maintenant d’ailleurs… J’arrête là il y aurait encore des pages à écrire…

Martial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *